Blog de la confrerie de la quintefeuille

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - tir à l arc

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 20 octobre 2014

Le tir au papegeai

Les compagnies d’archers et d’arbalétriers apparaissent à partir 12e siècles dans les “bonnes villes”du nord de la France et connaissent un grand essor lors des troubles de la guerre de Cent ans.

Parallèlement à leur création se développe, le tir au papegaut ou papegeai.

Le papegaut (“papagai” en allemand) désigne en ancien français le perroquet, oiseau exotique aux couleurs vives, idéal pour constituer une cible.
On usait bien sûr d’un oiseau en bois ou en métal, fixé sur une lance arrimée par des haubans au sommet d’une tour, ou placé en haut d’un grand arbre.
Qui l’abattait était proclamé roi du papegaut.

C’est un moyen pratique pour les échevins des villes fortifiées d’entrainer et d’entretenir une milice urbaine apte à défendre les murs de la cité.
papegeai

Lire la suite...

samedi 31 décembre 2011

Les archers de la Quintefeuille

Au cours du mois de décembre, entrainement au maniement de l'arc pour les membres de l'association.
Un bon moment associatif, productif et amical.
Formation, pratique et échange (exploits et anecdotes) entre archers.

Encore un moment agréable de préparation pour nos prochaines prestations.

Sellig le gallois est perplexe en ce début d'après-midi. Certes les bras sont présents, mais entre la précision des vétérans, les hésitations des recrues et les gestes peu conventionnels des autres, il a fort à faire pour former sereinement ses combattants. Sans compter qu'on lui a encore imposé la présence des damoiselles au sein de son équipe. A quoi donc pouvait penser messire Jean de Bueil ?

Mais le maître archer est un formateur aguerri, et les paires de bras malhabiles gagnent peu à peu en précision. Soit dans le geste, soit dans... la cible. A défaut parfois d'atteindre l'objectif, les archers se confrontent à la difficulté, apprennent de leurs erreurs.

Guérin le veneur, comme à son habitude, fait mouche, regrettant que la cible ne soit mobile et comestible.... Maître Sellig n'a pas laissé l'ombre d'un doute sur sa performance, tant en vitesse qu'en précision.

Le temps passe vite sous le soleil de l'hiver, et chercher les flèches perdues occupe un bon moment aussi.

Ravis et pressés de recommencer les archers se séparent en pensant aux prochaines batailles à venir.

On murmure ça et là que cela pourrait se produire à Saint Denis d'Anjou, très prochainement.... archers.jpg

Tags: Saint Denis d'Anjou; tir à l'arc